RAPPORT 1999 REPORTERS SANS FRONTIERES
MACEDOINE

Le gouvernement décide en mars 1998 d'octroyer 80 millions de denars (8,7 millions de francs, 1,5 million de dollars) d'aide au développement de la presse écrite. 70 % de cette somme est alouée aux médias du groupe de presse Nova Makedonia, traditionnellement proches du pouvoir.
Le 30 octobre, les journalistes bulgares Toni Maskrachka et Krassimir Ouzounov, travaillant pour le quotidien 24 Tchassa (24 Heures) sont retenus à la frontière et leurs bagages fouillés pendant plusieurs heures. Les douaniers saisissent des exemplaires de journaux et des livres bulgares puis interdisent l'entrée des journalistes en Macédoine.
Le 1er novembre, Marinela Mircheva, journaliste bulgare travaillant pour la radio régionale de Blagoevgrad (ouest de la Bulgarie), est refoulée à la frontière. Selon la journaliste, le chef du poste frontalier lui aurait expliqué qu'il obéissait à un ordre de Skopje interdisant l'accès du territoire à "certaines équipes de journalistes bulgares".
Ces trois journalistes bulgares, venus couvrir le second tour des élections législatives, étaient accrédités auprès du secrétariat de l'Information de Macédoine.

 
INTRODUCTION - GRÈCE - MACEDOINE - MOLDAVIE - ROUMANIE - RUSSIE - SERBIE-MONTÉNÉGRO - TURQUIE